Qu’est ce que le syndrome de KiDD ?

KiDD est l’abréviation de Kopfgelenk induzierte Dyspraxie / Dysgnosie que l’on peut traduire par “Dyspraxie / Dysgnosie induite par les articulations de la jonction craniocervicale”.

Le syndrome de KiSS peut-être diagnostiqué jusqu’à l’âge de deux ans, après la deuxième année l’EWMM (European Workgroupe for Manual Medicine) parle de syndrome de KiDD. En effet, au fur et à mesure que les phases de verticalisation (contrôle du regard, ramper, s’asseoir, marcher) s’installent les symptômes d’asymétrie visible disparaissent progressivement. Néanmoins, le tonus musculaire continue d’augmenter s’il n’est pas traité. Le corps semblera donc symétrique en apparence mais sous-cutanée, le développement asymétrique perdurera et assurera un fonctionnement perturbé du corps.

Pendant la première année de vie, ce sont surtout les problèmes moteurs qui sont pris en compte. Si l’enfant n’est pas traité, l’augmentation de la perturbation va entraîner des migraines, des difficultés à se concentrer et de la fatigue. Ce sont ces enfants qui évoluent d’un syndrome de KiSS à un syndrome de KiDD.

Des travaux correctifs sont possibles jusqu’à l’âge de six ou sept ans, après sept ans, c’est beaucoup plus difficile. À l’âge de quatorze ans, il est généralement question d’un travail symptomatique. Sans traitement, toutes ses anomalies pourront perdurer et s’aggraver jusqu’à l’âge adulte.

KiSS Type 1 et 2

Soutenez notre association

Parce que ce contenu vous est proposé gratuitement, nous comptons sur votre aide pour continuer à faire vivre cette association !
Vous pouvez adhérer pour participer à la vie de l’association ou nous envoyez un don !

Quelles sont les symptômes ?

Neuromoteur :
  • Troubles de l’équilibre
  • Vertiges
  • Difficulté à marcher: tombe et trébuche souvent
  • Constamment sur la pointe des pieds
  • Difficulté pour prononcer des mots ou des phrases
  • Maladroit
  • Retard et déséquilibre de la motricité fine et globale: maladroit et inadaptés au jeu, acquisition difficile et retardée du cyclisme et de la natation
  • Mauvaise orientation spatiale
  • Difficulté pour compter: perturbation de la «perception des nombres»
  • Incapacité d’écrire un mot bien que l’intelligence soit normale
  • Grincement des dents, morsures compulsives des ongles, tics physiques et vocaux (Syndrome Gilles de la Tourette, crampes musculaires convulsives composites qui peuvent être compulsives)
Neurovégétatifs :
  • Douleurs abdominales non spécifiques
  • Fatigue, léthargie
  • Troubles du sommeil (difficulté pour dormir, se réveille souvent, sommeil agité, besoin de dormir peu (surpoids), ne veut pas dormir)
  • Migraine infantile
  • Maux de tête périodiques
  • Douleur au cou et raideur du cou
  • Douleur lombaire non spécifique
  • Douleur de croissance
  • Seuil élevé à la douleur
Socio-émotionnels :
  • Timide, peureux, anxieux, difficulté pour prendre des initiatives, humeur dépressive, insatisfait
  • S’énerve rapidement, instables, inquiets, besoin d’attention
  • Impatient, réaction agressive si quelque chose échoue
  • Difficulté à faire face à ses émotions et celles d’autrui : difficultés d’intégration sociale
  • Troubles d’observation : difficulté dans l’apprentissage des réponses émotionnelles, difficultés d’intégration sociale
Intellectuelles :
  • Troubles de la concentration
  • Oublie rapidement une tâche
  • Résultats scolaires mitigés
  • Capacité pour compter réduite
  • Incapacité à estimer l’espace nécessaire pour effectuer un mouvement
Structurels :
  • Déclin des attitudes : tendance à se voûter
  • Hyperlordose
  • Scoliose
  • Développement facial asymétrique